La ménopause précoce, un déséquilibre hormonal avant 40 ans

L’Organisation mondiale de la Santé considère une ménopause précoce (dont 1% et 2% de la population féminine en souffre) celle qui apparaît avant 40 ans

D’un point de vue médical, la ménopause est marquée par l’arrêt des menstruations pendant un an sans aucuns syptômes ou par la cessation des règles pendant une période de 6 mois mais avec des symptômes climatériques (bouffées de chaleur, insomnie, etc.). La confirmation finale sera obtenue grâce aux résultats d’une analyse hormonale, demandée par le gynécologue, dans laquelle l’on remarquera une augmentation du taux de FSH et une diminution d’estradiol.

L’Organisation mondiale de la Santé considère une ménopause précoce (dont 1% et 2% de la population féminine en souffre) celle qui apparaît avant 40 ans. Il peut se produire soudainement ou, le plus souvent, peu à peu avec des irrégularités menstruelles, des cycles menstruels courts s’alternent à des retards menstruels.

Entrer dans le stade de la ménopause n’est pas facile pour une femme, encore moins si cela se produit avant 40 ans car les symptômes sont généralement plus intenses. Souvent, cette période dure environ cinq ans avec de nombreux changements physiques et émotionnels, de ce fait l’adaptation pour les femmes n’est pas simple.

Les symptômes sont différents tels que les bouffées de chaleur, l’insomnie et les sautes d’humeur. Il est possible également d’avoir des sueurs nocturnes, de la sécheresse vaginale, de la douleur lors des rapports sexuels et de remarquer une diminution de la libido.

Heureusement, pas toutes les femmes ne connaîtront ces symptômes et surtout il n’est pas obligatoire de présenter tous ces derniers. Chaque femme présente un cas différent, de ce fait les symptômes et leur intensité dépendent de chacune d’entre elles.

Les causes de la ménopause précoce peuvent être différentes, bien que dans la plupart des cas elles ne sont pas connues. Des habitudes comme le tabagisme ou la consommation d’alcool favorisent l’arrivée de la ménopause précoce ainsi que certains troubles génétiques (souvent le problème est héréditaire), chromosomiques (syndrome de Turner), infectieux (paludisme, varicelle) ou encore certaines maladies auto-immunes (hypothyroïdie, polyarthrite rhumatoïde). Après la période de la ménopause, les femmes connaissent un risque accru d’ostéoporose.

Nous conseillons d’aller voir le gynécologue lorsque l’on présente les premiers symptômes et nous sommes en faveur d’un traitement hormonal substitutif jusqu’à, au moins, 50 ans, qui est l’âge moyen de la ménopause en Espagne.

Il est également très important de maintenir une alimentation saine et équilibrée avec un apport correct de calcium, d’éviter l’alcool, le tabac, consommer de manière modérée le café et pratiquer du sport deux ou trois fois par semaine (si vous pouvez être à l’extérieur, c’est mieux).