Le Diagnostic Génétique Préimplantatoire. Avec Arrays ou avec FISH?

(30-1-2015)

La Biologie moléculaire, et notamment la technique d’Arrays-CGH (hybridation génomique comparative moyennant des puces à ADN) a pris de plus en plus de force ces dernières années comme une méthode efficace de diagnostic pour les embryons obtenus par Fécondation In Vitro. Cependant, tel que publié par notre équipe de généticiens ce mois-ci dans la revue Systems Biology in Reproductive Medicine, la technique d’hybridation in situ en fluorescence (FISH) appliquée à l’analyse de tous les chromosomes de l’embryon est une alternative tout aussi efficace qui nous permet d’obtenir des taux de grossesse par transfert de plus de 60% avec la FIV.

Dans les deux cas, il s’agit d’analyser génétiquement les embryons moyennant le DPI avant de les transférer dans l’utérus de la femme, pour n’en implanter que ceux qui n’ont pas d’anomalies et qui conduiront à la grossesse d’un enfant en bonne santé.