Le premier arbre de la forêt des Embryons s’appelle Georgina

La Forêt des Embryons vise à reboiser la zone de Mont-Roig del Camp (Tarragone) affectée par un important incendie dans les années 90

L’Institut Marquès continue à montrer sa préoccupation pour l’environnement, c’est pourquoi nous avons mis en marche la Forêt des Embryons. Ce projet vise à reboiser la zone de Mont-Roig del Camp (Tarragone) affectée par un important incendie dans les années 90. Pour cela, nous allons planter un arbre pour chaque enfant que nous aidons à naître grâce à nos traitements de procréation médicalement assistée.

Le premier arbre de cette forêt si spéciale a été planté en honneur à Georgina, la petite fille britannique née il y a un an grâce au programme d’adoption des embryons de L’Institut Marquès. À l’occasion, nous avions déjà célébré le fait que Georgina soit l’embryon numéro 1.000 de ce programme pionner.

Cette initiative a été rendue possible grâce à la collaboration de l’organisation écologiste de Tarragone L’Escurçó. Le premier arbre a été planté par le Dr. Marisa López-Teijón, Directrice de L’Institut Marquès, et Joan Manel Olivella, de L’Escurçó.

Engagement avec l’environnement

Les études menées à terme par L’Institut Marquès ont révélé que Tarragone est une des provinces où les hommes présentent une pire qualité de sperme. C’est l’une des raisons pour lesquelles Tarragone a été choisie pour planter cette forêt solidaire.

firma

En 2002 nous avions présenté notre première étude en rapport avec la qualité du sperme et l’impact des déchets toxiques dans l’environnement sur la fertilité. Peu de temps après nous avons élaboré une étude comparative sur la qualité du sperme en Espagne qui a confirmé la relation directe entre la contamination environnementale et l’augmentation de la stérilité dans les zones les plus industrialisées d’Espagne.

Une forêt pleine de vie

La forêt des Embryons montre une fois de plus l’engagement de L’Institut Marquès avec la préservation de l’environnement, après avoir sponsorisé à Lluís Pallarès pour le marathon du Pôle Nord. À l’heure actuelle, nous menons également des recherches surles niveaux de d’ozone et ses bénéfices dans la Fécondation In Vitro et la nidation embryonnaire.