Actualités précédentes

L’étude de l’Institut Marquès visant à déterminer si la Covid-19 affecte la fertilité masculine a déjà reçu des centaines de candidatures d’hommes intéressés à y participer.

Les volontaires se voient offrir une analyse gratuite du sperme pour connaître l’état de leur fertilité, qu’ils aient été en contact ou pas avec la maladie.

Sous le slogan “Nous en avons marre de la Covid”, l’Institut Marquès a lancé en novembre dernier une étude sur l’impact à long terme du Coronavirus sur la fonction reproductive masculine. À cette fin, il offre dans ses cliniques de Barcelone et de Rome la possibilité d’effectuer une analyse gratuite du sperme à tous les hommes de plus de 18 ans qui souhaitent participer à cette initiative et, en même temps, connaître la qualité de leur sperme. Des centaines d’hommes ont exprimé leur intérêt par le biais du site web de l’étude: https://www.hastaloshuevosdetoxicos.es/

L’objectif est celui d’obtenir un échantillon suffisamment large pour déterminer si l’infection par le coronavirus affecte la qualité du sperme. “Jusqu’à présent, les informations existantes sur ce sujet sont basées sur de petits échantillons. Nous trouvons souvent des informations contradictoires, c’est pourquoi nous voulons obtenir une grande participation des hommes qui ont été en contact ou qui ont été atteints par la maladie, ainsi que de ceux qui ne l’ont pas été. De cette façon, nous pourrons comparer les résultats et déterminer si le Sars-CoV-2 affecte la santé reproductive masculine” explique le Dr. Marisa López-Teijón, directrice de l’Institut Marquès.

Les personnes intéressées ne doivent s’inscrire que par Internet et remplir un questionnaire en ligne, la seule condition étant d’avoir plus de 18 ans. La participation est totalement confidentielle et gratuite. Une fois l’échantillon analysé, le participant recevra un rapport complet et un spécialiste l’aidera à évaluer les résultats.

Les substances chimiques toxiques, principale cause de la mauvaise qualité du sperme… jusqu’à aujourd’hui

Grâce aux études menées jusqu’à présent par l’Institut Marquès, de nombreux hommes ont découvert qu’ils pouvaient avoir des problèmes pour être parents à l’avenir. «Ces dernières années, il y a eu une diminution lente mais progressive du nombre et de la qualité du sperme en termes de mobilité et de morphologie. Dans 6 couples sur 10 qui recourent à des traitements de procréation médicalement assistée pour devenir parents, le sperme présente des altérations plus ou moins importantes. Pour cette raison, à l’Institut Marquès, nous avons un service d’andrologie spécialisé dans la fertilité masculine», explique le Dr. López-Teijón. “Une altération du résultat d’une analyse de sperme peut mettre en évidence des anomalies importantes et, dans de nombreux cas, prévenir ou guérir des troubles qui provoquent l’infertilité et qui passent souvent inaperçus”, prévient la directrice de l’Institut Marquès, récompensée en 2019 comme le meilleur docteur de l’année en Procréation Médicalement Assistée en Espagne et l’une des dix femmes les plus influentes dans le secteur de la santé et de la médecine.

Faux mythes sur la fertilité masculine

L’Institut Marquès a été pionnier en démontrant à la communauté scientifique que les causes classiquement attribuées à la dégradation de la qualité du sperme (stress, pantalon serré, alcool, etc.) sont un mythe. Comme il l’a constaté lors de ses études en Espagne, l’origine du problème réside dans les toxines chimiques. La nouvelle étude lancée en novembre dernier permettra également de déterminer s’il existe un lien entre la COVID-19 et la fonction de reproductive masculine.

En plus des facteurs génétiques et des antécédents médicaux, la fertilité masculine dépend de facteurs environnementaux souvent inconnus par la population. Ces facteurs environnementaux sont des produits chimiques couramment utilisés dans l’industrie, l’agriculture et la maison, qui peuvent interférer avec le développement testiculaire et dont il a été démontré qu’ils nuisent à la capacité de reproduction.

Le premier contact avec ces produits chimiques toxiques, appelés perturbateurs endocriniens, commence dès le début de la vie, puisqu’ils proviennent du sang de la mère, en passant par le placenta, jusqu’à l’embryon. Le type de toxines et leur quantité dépendra des niveaux accumulés par la mère pendant la grossesse.