Conseils et soutien

Prêts à reprendre le traitement après la crise du coronavirus: Conseils du centre ITAE PSICOLOGÍA 

Centre collaborateur de l’Institut Marquès, ITAE PSICOLOGÍA est un cabinet de psychologues et psychiatres spécialisé dans le traitement de l’anxiété, du stress et de l’humeur. La directrice du domaine de Psychologie d’ITAE, la psychologue clinicienne, coach et formatrice, Laura Solana, nous offre une série de conseils pour aider aux  personnes qui ont dû arrêter leur traitement de procréation médicalement assistée en raison de la crise du coronavirus et du confinement qui en résulte.

Les traitements de fertilité peuvent être des processus émotionnellement compliqués dans lesquels coexistent une série de facteurs de stress qui affectent à la fois la femme et son/sa partenaire (le cas échéant). Ils peuvent pousser à la limite la gestion des attentes, la tolérance à la frustration, la sensation de solitude et l’incompréhension, l’anxiété, la tristesse et l’irritabilité.

Avec le confinement et l’arrêt des traitements jusqu’à nouvel ordre (un autre élément d’incertitude inhérent à la situation que nous connaissons tous), ces émotions sont exacerbées. L’inaction sans date d’expiration affecte le sentiment de manque de contrôle sur le processus, compliquant davantage la dynamique quotidienne. C’est pourquoi un contact constant avec l’équipe médicale et d’assistance aux patients est si important pendant ces jours, que ce soit par vidéoconférence, téléphone ou e-mail.

Renouez avec ce qui vous fait du bien

L’estime de soi peut être altérée par la frustration qui peut engendrer le fait de ne pas pouvoir concevoir naturellement, par l’incertitude de pouvoir ou non être mère (ou père), par le rejet possible du couple pour être la “cause” de ne pas pouvoir concevoir naturellement… C’est certainement un processus qui peut altérer le concept de soi et détourner l’esprit, mettant tout le reste à l’arrière-plan. Un biais d’attention se produit, la personne “ne voit” que les femmes enceintes, les familles avec des bébés, etc., accentuant le sentiment d’insuffisance, de culpabilité et la faible estime de soi qui en résulte.

Pour renforcer l’estime de soi, il est important, tout d’abord, que la personne travaille à identifier ses émotions afin de pouvoir les exprimer plus tard. Pour les exprimer, la communication est essentielle et avec elle l’écoute active, l’empathie et l’assertivité. Dans ce processus, il y a des pics et des vallées qui modifieront le monde émotionnel du futur parent, et il est essentiel de développer des émotions, de détecter leurs propres besoins et d’établir les limites nécessaires avec les autres.

Il est également pratique de lutter contre les enlèvements émotionnels qui minent l’estime de soi en accordant de l’importance à d’autres éléments de la vie.

Maintenant que nous sommes confinés, l’établissement de routines enrichissantes telles que la cuisine, l’exercice ou les activités en ligne, ainsi que l’entrée dans un passe-temps (en dehors du travail), peuvent contribuer à renouer avec ce qui nous fait du bien et augmenter notre batterie émotionnelle. Nous entendons par là qu’il est important de se rappeler que nous sommes bien plus que le projet d’être parents! Une autre recommandation pour réduire les enlèvements émotionnels possibles consiste à fuir la recherche d’informations sur l’infertilité, les traitements et autres sur Internet: cela calmera éphémèrement le besoin de contrôle et générera immédiatement beaucoup plus d’anxiété et d’insécurité.

Restez motivé

Il est important de se rappeler que quel que soit le résultat du traitement, la personne reste le directeur de sa vie. Bien gérer les attentes et se concentrer sur les facteurs qui dépendent de vous-même est crucial; des variables entrent ici, telles que l’établissement d’une durée limite de traitement, la limitation du temps requis entre les tentatives, ou même la considération d’un coût limite après avoir calibré toutes les variables avec connaissance (il est important d’être bien informé). Tout cela peut aider à retrouver la perception du contrôle et donc de la motivation.

Pour maintenir la motivation, il est essentiel de donner de l’espace aux autres facettes de la vie: la famille, les amis (même s’il est de façon virtuelle maintenant), le travail, les loisirs, et surtout dans le cas du partenaire, en le(la) faisant partie de l’équipe et non le contraire. Sans laisser le sujet de l’infertilité éclipser tout et devenir un thème mono.

Prendre soin de la relation

Comme nous l’avons dit, il est facile de tomber dans la tentation que le sujet de l’infertilité et du traitement éclipse tout et détourne toutes les conversations et attitudes les uns envers les autres. Ceci, couplé avec les montagnes russes émotionnelles du processus au niveau individuel, fournit le terreau idéal au niveau du couple pour les difficultés. Ces difficultés peuvent se manifester sous forme de conflits, de sentiments de culpabilité, de reproches, d’absence d’intimité sexuelle et de mécanisation du sexe, de sentiments d’angoisse, de peur et de dépassement par l’omniprésence du “sujet”.

Comment pouvons nous protéger notre relation?

  • Apprenez ensemble ce que chaque étape du processus implique afin d’être à la fois au courant de ce qui se passe et de savoir à quoi vous attendre, car cela aide à former une équipe et à être complice.
  • Maintenir une communication efficace, par l’empathie, l’écoute active et l’assertivité car elle fournira un espace pour parler des émotions et les partager pour comprendre l’autre.
  • Comprendre et prendre soin des besoins de l’autre; peut-être qu’un partenaire veut partager tout ce qui se passe dans le processus avec d’autres personnes, tandis que l’autre veut plus d’intimité à ce sujet. Il est important de s’entendre sur le traitement des informations entre les deux.
  • Créez 3 systèmes de support: un pour toi, un pour moi et un pour le(a) partenaire. Chacun des 3 systèmes de support doit être différent, en fonction des besoins particuliers de chacun. Peut-être qu’un membre doit parler à d’autres personnes qui vivent la même chose et peut-être que l’autre a besoin de se distraire et faire un passe-temps qui n’a rien à voir avec cela; et en tant que couple, vous devrez peut-être organiser périodiquement une soirée où le sujet «n’existe pas» et vous pouvez vous concentrer sur les faits qui ont fait de vous un couple dans un premier temps.
  • Travailler consciemment dans la relation de couple et garder en vie les détails agréables de la vie de couple (démonstrations d’affection, surprises, dîner romantique …) pour la protéger des stresseurs du processus et de la situation que nous vivons. En d’autres termes, faites du couple la priorité.
  • Apportez des éléments spontanés et amusants à la vie sexuelle. Dans ces processus, le sexe a tendance à se mécaniser en faveur du traitement et des avis médicaux. Il est important de trouver un équilibre entre le sexe pour l’amour et le sexe pour la conception.
  • Réécrire ensemble l’histoire du couple, c’est-à-dire accepter la situation.

 

Faire face à l’attente: conseils de notre psychologue pour vivre le confinement de façon positive

Les personnes qui ont dû interrompre leur traitement de procréation médicalement assistée ou qui ont temporairement reporté leur projet de créer une famille à cause de la crise du COVID 19 et du confinement ultérieur, peuvent vivre ces jours de manière plus positive en suivant certaines techniques de relaxation, d’astuces pour gérer son temps et d’astuces pour se préparer pendant ces jours d’attente. Laura Solana, psychologue clinicienne, coach et formatrice, est Directrice de l’Espace de Psychologie du Centro ITAE et nous offre son aide:

Techniques de relaxation:

Il existe une infinité de techniques pour se détendre; les exercices de respiration peuvent aider à soulager le stress et ne prennent que 10 minutes. Une des techniques les plus utilisées est la respiration abdominale. En prenant une posture détendue, avec une main sur l’abdomen et l’autre sur la poitrine, vous inspirez. Il faut prendre de l’air par le nez et l’expulser par la bouche, mais à une condition: la main qui se lève doit être celle qui est en contact avec l’abdomen. Ainsi, une respiration complète avec toute la capacité pulmonaire est obtenue. Prenez six à dix respirations lentes par minute.

Écouter de la musique relaxante et visualiser un “endroit sûr” dans lequel une personne s’assoit paisiblement et en toute sécurité, sans soucis. Chaque fois que la musique est écoutée et que des images positives sont visualisées, de la dopamine est libérée, la substance responsable de procurer une sensation de bien-être. En fait, la musique, en général, apporte de nombreux avantages: en plus d’aider à détendre l’esprit, elle améliore l’humeur, développe la capacité d’attention, favorise l’imagination et stimule la concentration et la mémoire à court et à long terme. Elle facilite également l’apprentissage et exerce l’intelligence. Sur le plan physique, elle contribue notamment à abaisser la tension artérielle et la fréquence cardiaque.

Une autre option peut être de pratiquer 30 minutes par jour la technique de mindfulness, au début ou à la fin de la journée. Cette technique nous conduit à une pleine conscience de la réalité, à l’acceptation de l’ici et maintenant, sans nous accrocher aux pensées ou aux émotions qu’elle provoque. Par conséquent, il est utile pour gérer le stress et réduire les émotions négatives. L’idéal est de pratiquer assis sur le sol, dans des vêtements amples et dans une position confortable avec un dos droit pour faciliter la respiration abdominale, loin des bruits gênants.

Quelle est la meilleure façon de gérer le temps pendant le confinement?

S’établir une routine et différencier les jours de la semaine des jours du week-end. Nous devons nous doter de cette structure pour avoir un sentiment d’ordre et de contrôle sur notre vie quotidienne. Il est important de se lever relativement tôt, de prendre une douche, de se préparer et de commencer la journée avec des horaires aussi proches que possible de ceux que nous aurions en dehors de l’isolement, en tenant compte des limites que nous avons évidemment. Le week-end, se permettre de faire plus de canapé, de se lever plus tard, de promouvoir des rencontres virtuelles avec la famille et les amis, etc. Il est également important de profiter de ces journées pour faire tout ce que nous n’avions pas eu le temps de faire auparavant, comme cuisiner, démarrer un passe-temps, suivre une formation en ligne, etc.

Une fois le confinement terminé et que nous soyons de retour à la normalité, quelle est la meilleure façon de se préparer à recommencer le traitement?

Comme nous l’avons mentionné, l’idéal est de profiter du confinement pour charger les batteries et prendre le temps de se reposer, d’apprendre, de faire de l’exercice, de lire et d’autres passe-temps et de faire tout ce qui rétablit notre batterie émotionnelle. Bien sûr, bien manger et dormir les heures nécessaires et prendre soin des relations interpersonnelles, surtout avec le couple (le cas échéant). Plus nous reviendrons calmes dans la normalité, plus nous serons équipés émotionnellement pour faire face à tout ce dont l’environnement a besoin, y compris le traitement.