Coaching pour gérer les émotions pendant le processus de procréation médicalement assistée

Essayer d’avoir un enfant implique de nombreuses émotions, parfois difficiles à gérer. C’est pour cela que l’Institut Marquès propose un service de coaching en fertilité en français, en espagnol, en anglais et en italien pour les patients qui souhaitent un soutien émotionnel durant le processus de procréation médicalement assistée

Essayer d’avoir un enfant implique de nombreuses émotions, parfois difficiles à gérer. C’est pour cela que l’Institut Marquès propose un service de coaching en fertilité en français, en espagnol, en anglais et en italien pour les patients qui souhaitent un soutien émotionnel durant le processus de procréation médicalement assistée. Stéphanie Toulemonde, collaboratrice de l’Institut Marquès, nous explique comment le coaching émotionnel de fertilité aide à vivre le processus de procréation médicalement assistée de manière positive et détendue:

En quoi consiste le coaching émotionnel de fertilité?

Chercher à avoir un enfant implique de nombreuses émotions, parfois difficiles à gérer. Surtout lorsqu’il faut recourir à la procréation médicalement assistée. Le coaching en fertilité a une approche très pratique. Il est basé sur des outils et des exercices pratiques pour mieux gérer toutes les émotions qui surviennent. Cela peut vous aider à vous détendre pendant le processus, à mieux communiquer avec l’environnement (partenaire, amis, famille), à ne pas centrer toute sa vie sur la recherche d’un bébé ou à prendre des décisions difficiles.

En tant que coach en fertilité, j’accompagne les patients vers la confiance et le bien-être émotionnel. Je les aide à vivre le processus de manière plus sereine et positive.

Quelle est la dynamique suivie durant les séances et quels aspects spécifiques y sont abordés?

Le coaching se concentre sur le moment présent et s’adapte totalement à la personne. Ainsi, chaque coaching est différent.

Durant la première séance, nous fixons ensemble des objectifs généraux. Ensuite, chaque séance a son propre programme en fonction des étapes et des émotions qui surgissent – sans jamais perdre de vue les objectifs généraux.

Mon travail de coach est basé sur une écoute empathique et active (à travers des questions de réflexion) et de nombreux exercices pratiques.

Entre les séances, la personne a des “devoirs” afin de mettre en pratique ce que nous avons vu ensemble. Ce qui se passe entre deux séances est très important. La dimension pratique est fondamentale dans le coaching.

Quelles méthodes peut-on suivre pour vivre de façon positive le processus de procréation médicalement assistée?

Le coaching sert précisément à identifier les ressources propres de la personne et à les utiliser pour aborder une situation compliquée. Pour cette raison, ce qui vaut pour une personne ne vaudra pas pour une autre, mais il existe trois conseils généraux qui, à mon avis, sont fondamentaux pour commencer:

Le premier conseil est de se reconnecter avec le corps et de prendre soin de lui, en le dorlotant au quotidien. Notre bien-être émotionnel dépend beaucoup de notre bien-être physique. Bonne hygiène de vie, exercice physique, relaxation, massages : tout est intéressant pour que nous nous sentions plus forts physiquement et émotionnellement!

La deuxième, accepter les émotions et se permettre de les vivre. Il est très naturel de ressentir des émotions telles que la peur, la colère, la tristesse ou même la jalousie. Il est important d’identifier ces émotions et surtout de les accepter et de les vivre. Les refuser ou les rejeter ne ferait que les faire grandir.

Et, enfin, ne pas faire du processus de procréation médicalement assistée le centre de sa vie. Il est essentiel d’avoir des projets pour soi ou pour le couple, en se fixant des objectifs qui vont au-delà de la recherche d’une grossesse.

Quels sont les moments clés d’un processus de coaching de fertilité émotionnelle?

Tous les moments ont une charge émotionnelle importante. Premièrement, il faut bien se préparer, physiquement et émotionnellement, quelques semaines ou quelques mois avant les traitements. De cette façon, ils pourront être abordés de manière plus sereine et positive.

Ensuite, chaque étape du processus entraine différentes émotions (phase de stimulation ovarienne, ponction, transfert d’embryon ou insémination, attente bêta). Il est important d’aborder ces étapes une par une, sans trop se projeter dans la suivante.

Et bien sûr, si le résultat est négatif, l’accompagnement émotionnel est d’autant plus important : outre la tristesse et la déception, il arrive souvent que les personnes se sentent très seules et il est essentiel qu’elles se sentent accompagnées.

L’accompagnement se termine-t-il une fois la grossesse terminée?

Cela dépend des personnes et des situations, mais souvent, les patients veulent poursuivre le processus de coaching durant quelques semaines.
Une fois la grossesse désirée atteinte, la joie est immense, mais la peur et l’anxiété peuvent rester très présentes jusqu’à la première échographie, soit à 12 semaines ou plus tard.

Le coaching peut aider à vivre ces premières semaines de grossesse de manière plus sereine.