L’hormone antimüllérienne permet de savoir si une femme aura des problèmes de stérilité

La capacité fertile d’une femme a un marqueur clinique clair, la concentration d’hormone antimüllérienne (AMH). Cette information est obtenue par un simple test sanguin

L’hormone antimüllérienne est la meilleure option pour connaître le véritable âge ovarien. La fertilité diminue avec l’âge. La capacité fertile d’une femme a un marqueur clinique clair, la concentration d’hormone antimüllérienne (AMH). Cette information est obtenue par un simple test sanguin. Les résultats de l’analyse sont comparés aux valeurs de l’hormone antimüllérienne établie comme normale selon chaque groupe d’âge.

À partir de 35 ans, les femmes ont 10% des ovules, un pourcentage qui diminue progressivement. Entre 10 et 15 ans avant la ménopause, la situation est accentuée. Dans ce moment ci, une diminution plus importante de la quantité et de la qualité des ovules est perçue.

Amélioration des analyses

Jusqu’à présent, les valeurs de l’hormone antimüllérienne utilisées pour évaluer les résultats provenaient des analyses de sang de femmes d’autres continents. Ce détail déformait la valeur du tableau avec lequel on travaillait. Ainsi, des nombreuses variations dans l’analyse des résultats sont entrées en jeu.

Grâce à une étude de l’Institut Marquès, nous pouvons maintenant comparer les résultats des analyses effectuées sur des patients avec un tableau basé sur les valeurs de la population espagnole. Ainsi, nous pouvons évaluer plus précisément la fertilité des femmes en Europe. Cette étude est la première sur l’âge ovarien des femmes espagnoles. Elle a été présentée lors du 35ème Congrès National de la Société de Gynécologie et d’Obstétrique (SEGO), qui s’est déroulé du 25 au 28 juin à Malaga.

Téléchargez les tableaux et vérifiez votre indice de fertilité!

Toutes les femmes peuvent télécharger ces tableaux pour obtenir une estimation de sa réserve ovarienne. Ils déterminent les valeurs de l’hormone antimüllérienne dans la population espagnole en fonction de l’âge chronologique.

L’étude a été réalisée avec un échantillon de 10.443 femmes espagnoles âgées de 20 à 45 ans. Les résultats sont estimés plus proches de la population européenne que ceux-ci sur les tableaux américains ou asiatiques, utilisés jusqu’à présent comme référence. L’étude révèle également des différences des niveaux de l’hormone antimüllérienne entre les communautés autonomes. Cependant, nous n’observons pas de tendance pouvant les expliquer.

En fonction de l’âge ovarien, la femme peut connaître sa meilleure option dans le cas où elle pourrait avoir des problèmes de fertilité. Elle peut faire avancer son projet de maternité, vitrifier ses ovules ou bien accepter qu’elle est arrivée en retard et qu’elle a besoin d’une donneuse.